• Deuxième soir à Chateaugay...

           Après une première soirée de folie, pendant et après le match voici venu le moment de notre deuxième soirée. Le match démarre tout se passe bien, le premier tiers temps se déroule tranquille. Puis dans les débuts du deuxième tiers temps, dans un éclair de folie dont seul notre capitaine -Éric Cremers- a le secret - secret que nous n'avons pas forcément envie de connaître d'ailleurs, il invite nos amis Québécois à danser sur un air bien connu de la compagnie créole que le DJ passait à ce moment là :"ça fait rire les oiseaux". Et là tout est devenu incontrôlable. Les deux équipes se sont alors mises à danser sur la scène puis à faire la chenille. Des cris se sont élevées dans le public. Des femmes se sont mises nues, en jetant culottes et soutien-gorges en offrande au dieu Cremers - je dis ça juste pour lui faire plaisir : c'est un de ses phantasmes. Des hommes se sont pendus avec des jean's élastiques et des caleçons en latex arborant d'énormes érections en chantant la Marseillaise et en criant : Sarkozy, salope, tu va hennir -ça je dis ça parce que c'est un de mes phantasmes. Bref le public était content. S'en sont suivies peu de temps après deux magnifiques impros solos de Manue (pour les bleus) et de Myriame (pour les jaunes). Temps : 1'30. Thème : le parapluie. La première par Manue: une femme qui n'aime pas ses enfants et n'aime pas son mari qui la bat nous conte ça de façon très poétique et très délicate mais nous emmène quand même jusqu'au suicide. Sacrée Manue. Myriame se devait de relever le défi. Pas facile du tout. C'est alors que d'une voix qui semblait venir tout droit de la compagnie des anges -cette fois- elle entonna son chant d'amour pour son homme, mort depuis dix ans qu'elle attendait sur ce quai de gare. L'émotion était juste, la note impeccable, la mélodie délicate de celle qui touche le coeur de l'humain. Les femmes remirent culottes et soutien-gorges, les hommes se dépendèrent. Un frisson traversa l'assemblée, même les mouches d'hiver cessèrent de voler. Nul doute que si le chant avait duré plus longtemps nous aurions tous pleuré. Le match s'est terminé sur des fusillades qui nous firent bien rire. Merci à la LIPS qui nous invita au resto après le match. On a été reçu comme des rois que dis-je des chefs d'état.

    Un match une pensée : compagnie créole match qui s'affole, compagnie créole arbitre hors de contrôle, compagnie créole et inversement. Han...Han...


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :